Depuis le 1er janvier 1992, le contrôle technique est obligatoire en France. Faisons ensemble le point sur un contrôle incontournable et pourtant mal connu.

À quoi sert le contrôle technique ?

Le contrôle technique périodique est un contrôle portant sur les éléments essentiels du véhicule liés à la sécurité (freinage, direction, visibilité, éclairage, signalisation…) et à l’environnement (pollution, niveau sonore…) Son but est d’améliorer la sécurité routière en essayant de réduire les accidents de la route liés à la défaillance de certains organes des véhicules.

Depuis mai 2018, le technicien vérifiera près de 400 points de contrôle sur le véhicule, chacun de ces points étant soumis à une obligation de correction en cas de défaut. Dans le cas où des défauts soumis à obligation de réparation sont constatés, il faudra procéder aux réparations et passer une contre-visite de vérification.

Où et quand effectuer son contrôle technique ?

D’une durée de 30 à 45 minutes, le contrôle technique doit être effectué :

  • dans les 6 mois précédant le 4e anniversaire de la 1re mise en circulation de votre véhicule,
  • et tous les deux ans par la suite.

Il devra être effectué dans un centre agréé par l’Etat.

Pourquoi c’est important

Le contrôle technique est une obligation légale. À ce titre, si votre contrôle technique n’est pas à jour ou si vous n’effectuez pas votre contre visite dans le temps imparti, vous vous exposez à une amende (135 €), voire à l’immobilisation de votre véhicule.

Pire, si le contrôle technique n’est plus valable et que le conducteur du véhicule provoque un accident, son assureur peut décider de ne le couvrir. Dans ce cas, l’indemnisation des dommages matériels et corporels sont à la charge de l’assuré. Le contrôle technique n’est donc pas à prendre à la légère.