Lorsqu’un jeune conducteur effectue une conduite accompagnée, il peut compter sur l’un de ses proches pour le conseiller. Mais qui aide les accompagnateurs ? Aujourd’hui, L’olivier vous donne quelques tuyaux si vous comptez, vous aussi, accompagner un jeune dans son apprentissage de la conduite.

Quelques conseils pour assurer le bon déroulement des séances de conduite

Préparez bien la conduite, et restez zen

Afin que la conduite accompagnée du jeune conducteur se déroule au mieux, et lui soit la plus profitable possible, il est important que vous preniez bien les choses en main et respectiez quelques “règles”. Si vous hésitez sur la manière dont vous devez vous y prendre, voici quelques points qui peuvent faire la différence :

  1. Révisez le code de la route, parce qu’il a sûrement bien évolué depuis que vous avez passé votre permis. Et surtout, il ne faut pas que vous ratiez une erreur que le jeune conducteur pourrait faire, et risquerait de reproduire le jour de l’examen.
  2. Dans un premier temps, privilégiez votre quartier ou un environnement que le jeune connaît bien. Cela lui permettra d’être plus confiant, et donc moins stressé, plus à l’aise.
  3. Préparez les trajets à l’avance. Ainsi, vous pourrez donner plus facilement des informations calmes et précises à votre jeune conducteur.
  4. Une fois que le jeune se sent à l’aise au volant, variez les situations de conduite. Sortez-le de sa zone de confort en lui faisant prendre l’autoroute ou bien conduire de nuit. Circulez sur des routes plus ou moins fréquentées de d’habitude. De cette manière, il sera paré à toutes les éventualités le jour de l’examen du permis de conduire.
  5. Ne surtout pas vous énerver. S’énerver contre votre jeune conducteur pourrait le stresser et le braquer, l’empêchant alors de s’améliorer. De plus, lui crier dessus pourrait l’amener à faire des gestes brusques et dangereux aussi bien pour lui, pour vous, que pour les autres automobilistes.
  6. Bonus : n’oubliez pas de l’interroger sur le fonctionnement technique du véhicule (comment ouvrir le capot, où se situent les airbags, par exemple). Des questions de ce genre lui seront posées le jour de l’examen et peuvent être éliminatoires.

Accompagnateur, soyez en règle

Avant de vouloir prendre un apprenti à la conduite sous votre aile, il faut :

  • que vous soyez vous-même titulaire du permis B depuis au moins 5 années consécutives,
  • que vous n’ayez commis aucun délit routier,
  • que vous ayez l’accord de votre assureur avec une extension de garantie, et que vous soyez mentionné dans le contrat d’assurance du véhicule conduit par l’élève.

Des applications utiles pour le jeune, mais aussi pour vous qui l’accompagnez

  • Coach AAC : suivez les progrès de votre jeune conducteur.
  • J’AACcélère : suivez vos trajets, et évaluez-les.
  • ECF : un carnet de route digital.