Chez L’olivier Assurance, nous sommes conscients et concernés par les enjeux environnementaux actuels. Ainsi, nous avons voulu travailler avec La Maison du Zéro Déchet afin de sensibiliser nos collaborateurs à ce sujet si important. Grâce à de petits gestes du quotidien, il est possible de changer les choses à son échelle. C’est ce que nous a appris Manon, directrice de La Maison du Zéro Déchet, lors d’une conférence à laquelle tous les collaborateurs de L’olivier Assurance étaient conviés. Laissons donc la parole à Jessica, du service Marketing chez L’olivier Assurance, qui va vous raconter tout ce qu’elle a appris lors de cette conférence riche et dynamique.

zéro déchet

Il est midi ce jour-là, la conférence organisée avec la Maison du Zéro déchet s’apprête à débuter et je suis très curieuse d’en savoir plus sur ce sujet.

La Maison du Zéro déchet : c’est quoi ?

Manon, la directrice de la Maison du Zéro déchet, commence par nous présenter sa structure. Créé en 2017 à l’initiative de Zero Waste France, La Maison du Zéro Déchet est un lieu associatif où sont proposés des évènements liés à la gestion des déchets. Ateliers pratiques et conférences permettent à tous, particuliers et professionnels, de se sensibiliser à la démarche zéro déchet. Le lieu dispose également d’une boutique dans laquelle on retrouve des sacs à vrac, des gourdes en inox ou encore des brosses à dents compostables.

Les déchets en France : état des lieux

Manon enchaîne sur un état des lieux des déchets en France. Si je me doutais que nous jetions beaucoup trop de ressources, j’étais loin d’imaginer un tel chiffre. Chaque Français produit en moyenne 580 kg de déchets par an, ce qui donne 326 millions de tonnes de déchets par an à l’échelle nationale. Un chiffre qui donne le vertige ! 😯

Parmi eux, il y a les déchets sauvages. Ce sont 100 millions de tonnes de plastique qui sont déversés chaque année dans les océans. Les microparticules de plastique ingérées par la faune marine entraînent des conséquences désastreuses sur la biodiversité.

Manon nous explique que nous assistons également à un gaspillage des ressources. En effet, tous les objets ont ce qu’on appelle un sac à dos écologique (matières premières, transports, etc). En jetant un objet qui pourrait encore être utilisé ou revalorisé, c’est également ces ressources que vous jetez ! Vous le saviez, vous ? 😉

Où vont nos déchets ?

Je n’avais alors qu’une question en tête : que deviennent ces déchets ? Manon nous explique que 60 % d’entre eux sont éliminés, via une incinération ou une mise en décharge. Cette solution n’est évidemment pas idéale car l’incinération génère de la pollution, des rejets toxiques ainsi que des émissions de gaz à effet de serre, notamment de méthane, qui est 25 fois plus réchauffant que le CO2 ! Les décharges, elles, sont assez nombreuses en France (environ 250) et sont encore à ciel ouvert. Moi qui pensais qu’on en avait fini avec les décharges… 😕

Parmi tous ces déchets éliminés, beaucoup de choses auraient pu être recyclées ou réparées. Cependant, le taux de recyclage en France est encore très faible (26 %), notamment comparé à celui de certains de nos voisins européens (en Belgique et en Allemagne, le taux de recyclage tourne autour de 60-70 %). J’ai compris qu’en triant mieux nos déchets à la source, les limites du recyclage pourront être davantage repoussées et, ainsi, nos déchets seront mieux revalorisés.

Qu’est-ce que la démarche zéro déchet ?

Heureusement, Manon nous rassure sur le fait que nous ne sommes pas impuissants face à cela. La démarche zéro déchet ou zéro gaspillage peut être mise en place au quotidien par chacun d’entre nous. Il s’agit de petits gestes simples qui, mis bout à bout, prennent toute leur importance. 😊 Cette démarche est résumée par La Maison du Zéro Déchet en 5 R :

  • Refuser tout ce dont on n’a pas besoin, les objets à usage unique, les goodies, etc.
  • Réduire sa consommation, n’acheter que les quantités nécessaires et éviter le gaspillage (suremballage, nourriture).
  • Réutiliser au maximum, privilégier les objets réutilisables, louer, emprunter, acheter de seconde main, réparer, donner,…
  • Rendre à la terre en compostant la matière organique.
  • Recycler les objets et matières revalorisables.

Les astuces à mettre en place

Cela peut être difficile d’intégrer ces habitudes à notre quotidien. Mais l’idée c’est qu’en participant tous à notre échelle, on contribue à l’effort collectif pour freiner la pollution, le réchauffement climatique et ses conséquences. Manon nous a donc donné quelques astuces.

Astuces zéro déchet

  • Acheter en vrac plutôt qu’en sachets plastique.
  • Utiliser une gourde plutôt que d’acheter des bouteilles d’eau en plastique.
  • Composter ses déchets organiques plutôt que de les jeter.
  • Ne pas imprimer systématiquement ses documents et, s’il le faut, privilégier le recto/verso.
  • Mettre un autocollant stop pub sur votre boîte aux lettres.
  • Acheter vos vêtements ou même votre voiture d’occasion.
  • Trier vos déchets.

Concernant le sujet de la voiture, il est vrai que la garder le plus longtemps possible peut s’avérer contre productif car celle-ci commence à polluer trop fortement l’air à partir d’un certain âge. Il faudrait donc la changer au moment opportun et la remplacer par une autre voiture achetée d’occasion. Les voitures électriques peuvent aussi être une très bonne alternative, leurs batteries étant de mieux en mieux recyclées et revalorisées.

Cette conférence de plus d’une heure a été très enrichissante. J’y ai appris énormément de choses : certaines m’ont interpellée, tandis que d’autres m’ont rassurée. Les enjeux environnementaux sont réels et il ne tient qu’à nous de nous engager à notre échelle, c’est ce que je retiens. Perso, je ne viens plus au bureau sans ma gourde réutilisable et j’ai pu constater que je ne suis pas la seule ! 😊