Page banner road

Breadcrumb actualites

Accueil > Blog > Actualités auto Loi Macron : les 1000 nouvelles questions du Code de la route

Loi Macron : les 1000 nouvelles questions du Code de la route

À partir du 2 mai 2016, le nouvel examen du Code de la route comptera désormais 1 000 questions entièrement revisitées. Une des réformes de la loi Macron sur le permis de conduire est de moderniser et privatiser l’épreuve théorique générale (ETG) qui n’avait pas été modifiée depuis 1998. L’olivier – assurance auto vous livre les principaux changements apportés par la réforme du Code de la route.
Loi Macron réforme de l'examen du code de la route

Loi Macron : la réforme du Code de la route

Les nouvelles questions du Code de la route

Depuis 1998, la base officielle du QCM du Code de la route était composée de 638 questions répertoriées en 11 thèmes différents. À partir du 2 mai 2016, elle sera entièrement remplacée par une autre base voulue par la loi Macron, dans le cadre de la réforme du permis de conduire.

L’examen du Code de la route comportera 1 000 nouvelles questions réparties en 9 nouveaux thèmes.

Conçues spécialement pour être les plus réalistes possibles, afin que les candidats apprennent à « aiguiser leur prise de conscience des risques en conduisant », ils devront pour ce faire :

  • Connaître les règles du Code de la route ;
  • Comprendre la raison de leur instauration.

Les sessions d’entraînement et l’examen se dérouleront à terme sur des ordinateurs individualisés et non plus lors de sessions collectives. Les questions à choix multiples seront posées sous forme de :

  • Photos ;
  • Vidéos ;
  • Images de synthèse en 3D pour illustrer des vues aériennes.

L’examen du Code de la route s’externalise et devient payant

La loi Macron permet désormais d’externaliser la gestion de l’ETG. À partir du 1er juin 2016, des acteurs privés et agréés par le Ministère de l'Intérieur, comme La Poste, pourront également faire passer l’examen du Code de la route. Cependant, cela obligera les candidats à débourser 30 euros pour chaque passage à l’examen.

Ce qui ne change pas

L’examen se déroulera dans les mêmes conditions qu’auparavant. Il durera en moyenne 25 minutes et les candidats devront toujours répondre correctement à un minimum de 35 questions sur 40 (dont 10 % cependant seront des vidéos) afin d’être reçus favorablement à l’ETG.

Trois exemples tirés des 1 000 nouvelles questions du Code de la route

1. La question en photo

Une nouvelle question du code de la route en photo

Attention à la question piège ! L’agent nous tourne le dos et ne nous fait pas signe personnellement. Pouvons-nous nous permettre de répondre selon le principe du « pas vu pas pris » ? Ce serait une grave erreur !

Les bonnes réponses sont A et C, car il existe une règle d’or qu’il ne faut jamais oublier en répondant aux questions du Code de la route : la priorité est toujours au texte et non à l’image. Il faut donc s’arrêter sous peine de se voir infliger un refus d’obtempérer et d’encourir toutes les peines précitées.

2. La question en vidéo


Nouvelle épreuve du Code de la route - Évaluer les distances de sécurité et anticiper les dépassements par securite_routiere

Cette mise en situation nous permet de démontrer notre capacité à évaluer les distances de sécurité et anticiper les dépassements. Dans un premier temps il s’agit simplement de se remémorer l’adage « un trait = danger, 2 traits = sécurité ». Ici, nous constatons que l’intervalle est beaucoup trop juste étant donné la vitesse à laquelle nous roulons.

Dans un deuxième temps, nous voyons des véhicules nous doubler. La dernière voiture apparaît encore dans notre rétroviseur gauche lorsque la vidéo s’arrête. Il est préférable d’attendre son dépassement total avant de mettre le clignotant à gauche.

Les bonnes réponses sont donc B et D.

3. La question avec vue aérienne en image 3D

Une nouvelle question du Code de la route en image de synthèse

Cette question fait appel à notre bon sens. Ce n’est pas parce que la ligne discontinue nous autorise le dépassement qu’il faut le faire !

En effet, si nous prenons en compte la dangerosité reconnue d’un passage à niveau, avec un risque pour le deux-roues d’être déstabilisé par les rails et donc de potentiellement faire un écart de trajectoire, il vaut mieux s’abstenir de doubler pour le moment et attendre de passer la voie ferrée. « À situation exceptionnelle, comportement exceptionnel ».

Les réponses correctes sont A et D.

Les 9 nouveaux thèmes

Les nouvelles thématiques de l’épreuve théorique générale (ETG) prévues par la loi Macron, se basent sur le Référentiel pour l'Éducation à une Mobilité Citoyenne (REMC).

Ces thématiques aborderont notamment les gestes de premiers secours et les nouvelles technologies, prémices de l’avènement des voitures autonomes qui arrivent à grand pas sur le marché automobile.

Les neuf nouveaux thèmes de l’examen du Code de la route sont répertoriés comme suit :

  • Les dispositions légales en matière de circulation routière (les obligations, les interdictions, et la signalisation en général)
  • Le conducteur (sa conduite et ses limites)
  • La route (les conditions climatiques et l’état de la chaussée)
  • Les autres usagers de la route (apprendre à faire attention aux usagers plus vulnérables)
  • La réglementation générale et le divers (les infractions au Code de la route, l’assurance auto et les autres démarches administratives)
  • Les précautions nécessaires à prendre en s’installant au volant et en quittant le véhicule
  • Les éléments mécaniques liés à la sécurité de la conduite (l’entretien de la voiture et le dépannage)
  • Les équipements de sécurité des véhicules (comment installer les passagers en fonction de leur âge, les nouvelles technologies à bord)
  • Les règles d’utilisation du véhicule en relation avec le respect de l’environnement (pour une éco-mobilité et une éco-conduite)

L’objectif de la loi Macron

L’objectif de la réforme de l’examen du Code de la route prévue par la loi Macron est d’améliorer la formation des conducteurs débutants, population considérée comme étant « à risque ».

En France, les conducteurs novices sont impliqués dans un quart des accidents corporels et un cinquième des accidents mortels pour la tranche des 18-24 ans. 612 jeunes conducteurs ont perdu la vie sur les routes de France en 2015, soit 7 % de plus qu’en 2014 selon les chiffres de la Sécurité routière.

Faites le test du Code de la route !

Découvrez un échantillon de 15 des 1 000 nouvelles questions du Code de la route et évaluez-vous sur le site de la Sécurité routière.