Page banner guy

Breadcrumb infos

Accueil > Blog > Autour de l'auto ⇒ La conduite accompagnée | L'olivier – assurance auto

Conduite accompagnée et futurs jeunes conducteurs

À partir de 15 ans, il est possible de commencer à conduire sous la supervision de ses parents ou d’un accompagnateur : c’est l’apprentissage anticipé de la conduite (AAC), plus connu sous le nom de conduite accompagnée.
Conducteurs van blanc

Qui peut bénéficier de la conduite accompagnée ?

La seule condition à remplir pour accéder à l’AAC est d’avoir eu 15 ans. Contrairement aux idées reçues, la conduite accompagnée n’est pas réservée qu’aux jeunes. On peut donc commencer l'apprentissage anticipé de la conduite même étant adulte !

Les personnes à mobilité réduite peuvent elles aussi suivre cette formation si elles disposent d’un véhicule aménagé.

Comment ça marche ?

La conduite accompagnée se décompose en deux étapes :

  • La première consiste en une formation en auto-école (préparation à l’examen du code de la route + heures de conduite supervisées par un professionnel). Cette étape se conclut par le passage et l’obtention du « code ».
  • Une fois le code en poche, la conduite accompagnée peut commencer. L’apprenti a alors entre 1 et 3 ans pour parcourir 3 000 kilomètres en voiture, accompagné de son accompagnateur. Une fois cette limite atteinte, et s’il a plus de 18 ans, l’élève peut se présenter à l’examen du permis de conduire et obtenir le précieux sésame.

La formation à l’AAC est jalonnée de rendez-vous pédagogiques avec une personne de l’auto-école, permettant de dresser un état des lieux sur la conduite de l’apprenti, évaluer ses progrès et déterminer les points d’amélioration.

À savoir : au même titre que les jeunes conducteurs, les élèves en conduite accompagnée sont soumis à des limitations de vitesse spécifiques. Par ailleurs, la circulation leur est interdite en dehors des frontières françaises.

Les avantages de la conduite accompagnée

Économiquement tout d’abord : passer par la conduite accompagnée permet de réaliser d’importantes économies. En effet, l’auto-école facturera moins d’heures de conduite pour un élève en AAC que pour un autre suivant un parcours classique. En plus de cela, les primes d’assurances seront moins élevées pour les jeunes conducteurs ayant obtenu leur permis de conduire dans le cadre de l’AAC, et ce même pendant la période de permis probatoire.

Pour des raisons pratiques enfin : une personne ayant choisi la conduite accompagnée a statistiquement plus de chance d’obtenir son permis de conduire qu’une personne ayant choisi le parcours classique en auto-école.

Qui peut accompagner l’apprenti ?

Qui dit conduite accompagnée, dit accompagnateur ! De la famille de l’apprenti ou non, ce dernier doit remplir certaines conditions :

  • Avoir son permis B depuis au moins 5 ans
  • Ne pas avoir subi de suspension ou annulation de permis dans les 5 dernières années
  • Avoir obtenu l’accord de son assureur