En cas de sinistre matériel et si votre couverture vous donne droit à une indemnisation, la valeur de votre véhicule doit être déterminée. Qui ? Quand ? Comment ? L’olivier – assurance auto vous explique.

Qu’est-ce qu’un sinistre ?

Un sinistre est un événement provoquant un dommage matériel et/ou corporel et qui donne lieu à une indemnisation par votre assureur ou par l’assureur du tiers tenu pour responsable.

Cet événement peut être de nature très différente :

  • Un accident (collision avec un autre véhicule ou tout autre obstacle animé ou inanimé)
  • Un vol
  • Un incendie (qu’il soit provoqué par une combustion spontanée, par la foudre ou avec flamme, sauf acte de vandalisme)
  • Un bris de glace (causé par le gel, une projection, un acte de vandalisme…)

Comment est déterminée la valeur de la voiture sinistrée et par qui ?

En général, les véhicules sinistrés sont expertisés. C’est-à-dire que le montant de l’indemnisation que vous toucherez est fixé par un expert qui évalue la valeur de votre véhicule avant et après sinistre.

L’expert est indépendant et n’est donc rattaché à aucune assurance. Son calcul est donc complètement objectif et fiable.

La valeur de votre véhicule est déterminée en fonction de plusieurs critères, parmi lesquels :

  • la valeur du véhicule,
  • le nombre de kilomètres au compteur,
  • l’entretien du véhicule,
  • la rareté du véhicule,
  • l’état général du véhicule.

Quel est le processus en cas de véhicule sinistré ?

Le premier réflexe à avoir est de signaler le sinistre à votre assureur au plus vite, si possible par téléphone. La majorité des sinistres doivent être déclarés dans les cinq jours ouvrés à compter de la date de l’accident. Attention toutefois, certains sinistres comme le vol de votre voiture sont à déclarer sous 2 jours ouvrés.

Vous devrez notamment lui communiquer :

  • la date, l’heure et le lieu du sinistre,
  • les noms et informations personnelles de l’assuré et personnes impliquées,
  • une description de l’événement et des dommages causés.

Un conseil : aidez-vous du constat à l’amiable pour faire votre déclaration. Il contient les éléments essentiels à communiquer à votre assureur.